mercredi 4 juin 2008

A travers les persiennes

Les persiennes à lame filtrent les lumières de la rue. Un camion passe et zèbre le plafond. Il fait du bruit aussi. Quelques ombres de feuillage dansent, font des chinoiseries, dans une ambiance orangée, plus douce, plus agréable… Je m'emmerde… le sommeil ne vient pas…
C'est chaque soir la même rengaine, j'éteins la télévision, la lumière. Le noir envahit la pièce et le silence lourd dure une éternité jusqu'à ce que la rue voisine klaxonne, crie, crisse, chante, vomisse. Puis je me débarbouille, me brosse les dents, un bruit particulièrement désagréable, souvent le pommeau de douche goutte, je déteste ça, mais la robinetterie est dure, alors je m'acharne un peu dessus. Parfois je ne m'en rends pas compte tout de suite, et je l'entends depuis ma chambre, c'est encore pire, j'en fulmine. Bien propre, je me couche… Et là… mes nerfs vibrent, mes yeux s'écarquillent, des spasmes… Je m'emmerde… le sommeil ne vient pas.
Alors j'attends, quand c'est supportable, sinon je crie, parfois je pleure. J'attends.
J'attends qu'un camion passe dans la rue et zèbre le plafond.
J'attends qu'une brise se lève et fasse danser les feuillages en ombres chinoises.
J'attends qu'une clé fasse claquer la serrure.
J'attends que tu ouvres la porte. Comme j'aimerai que tu l'ouvres, que tu reviennes…
Si tu étais là, nous n'attendrions pas, nous nous enlacerions tendrement…
Jusqu'à ce qu'un camion passe dans la rue et zèbre le plafond… puis je t'embrasserais…
Jusqu'à ce qu'une brise se lève et fasse danser les feuillages en ombres chinoises… puis tu m'embrasserais…
Jusqu'à ce que rien ne se passe plus autour… puis nous nous aimerions…



La farandole de solitudes :

Ce texte prend la suite de May et continue chez électron libre.

La farandole a été initiée par Traces (on y trouve tous les danseurs)
N'hésitez pas à prendre la suite si cela vous tente !

18 commentaires:

CANICULE a dit…

j'aime bien le "refrain" comme une chanson, le camion, zèbre, plafond, feuillage, chinoiserie ...

:-)

traces a dit…

Merci pour ce texte offert sur le ton de la confidence. Merci pour ces mots de l'intime comme chuchotés et qui laissent entendre les "toc toc toc toc...." des gouttes d'eau qui indéfiniment tombent une à une.

Blue a dit…

Comme je le disais à l'instant chez Traces, j'ai tenté de faire du texte une danse légèrement accompagnée de spasmes, ou pour le moins un peu fausse, en léger décalage avec le rythme, une façon supplémentaire d'illustrer la solitude.

Et puis, j'imagine volontiers mon personnage se prostrer derrière la porte quand trop de lumières 'dégueulent' des persiennes :)

Merci à vous deux de vos agréables commentaires ! :D

Zaza a dit…

enfin, quelqu'un dans cette farandole, ose aborder ouvertement le thème du manque amoureux !
bon, comme je le disais chez Organza tout à l'heure, cette danse collective m'a un peu donné le tourni ... je vais me reposer un peu , j'ai pris " belle du Seigneur " à la bibliothèque tout à l'heure , et je vais enfin lire ce monument dont on m'a tant parlé ... mais sera-ce reposant , au fait ?

en tout cas, je reviendrai ... ( que de richesses dans ces blogs ! )
amitié
Isa

Monette* a dit…

ah ben t'es là toi aussi ! décidement y a que des gens bien dans cette farandolitude comme dit isa je sais plus où ! ^^ !

Didier a dit…

Comme ces choses-là de manière discrète sont dites. Comme une danse tout en intensité à pas feutrés. Bel équilibre ! Merci pour ce moment de lecture.

Blue a dit…

Merci à vous :)

Zaza : Je n'ai pas encore réussi à visiter toutes les oeuvres de la farandole, je suis étonné que cet axe n'ait été abordé par ailleurs :)

ça m'intrigue... du coup...

Monette : J'ai entraperçu que tu en étais également je crois ;)

Didier : merci :$

menfin a dit…

c'est un plaisir de decouvrir les blogs a travers la farandole...

Zaza a dit…

si, une allusion doucement esquissée chez écume solitaire, un des premiers de la liste ..; sinon, le sujet, je trouve, a été contourné ... beaucoup, beaucoup de pudeur sur le sujet, of course ...
amitié of Zaza, alias Isa

Rony a dit…

Bonjour
comme vous êtes passé chez May avant moi, c'est donc à vous que je prends la main...
j'ai peur de n'avoir pas tout compris...
je suis ici :
http://l-electronlibre.hautetfort.com/archive/2008/06/05/farandole-de-la-solitude.html
belle idée que cette farandole

traces a dit…

Votre main est déjà prise, le savez-vous ? C'est L'électron libre qui est notre nouveau farandoleur!
http://l-electronlibre.hautetfort.com/archive/2008/06/05/farandole-de-la-solitude.html

je vous remercie d'ajouter un lien vers son article dans votre billet principal.

Sinon, la discussion est intéressante par chez vous. sourires

traces a dit…

Quelle rapidité de réaction ! Bravo!

Blue a dit…

Menfin > Oui, c'est une jolie traversée :) Merci.

Zaza > Sujet plus brûlant que je ne le pensais pour tout dire ! les commentaires ci et là sont également une mine riche de ressentis :)

Rony > ça me semble tout bon, vous prenez donc ma suite et c'est un plaisir :)

Traces > Mon Gmail a fait bip bip, je n'ai aucun mérite :D

Isabel & Sauveur a dit…

j'espere que tu vas bien?????
Je te souhaite de passer une belle et bonne journée
bisous

Blue a dit…

Bonjour Isabel et/ou Sauveur :)

Merci de ton passage, je flâne un peu deci-delà comme tu vois.

Nothing a dit…

De tous les textes que j'ai lu dans cette farandole, sans conteste, le tien fait partie de mes préférés. D'ailleurs, je pense qu'il est celui qui me parle le plus, tel un écho de ce que peuvent être parfois mes propres attentes.

je te dis à bientôt

Blue a dit…

Merci beaucoup :$

enriqueta a dit…

Ce texte est fabuleux. Beaucoup de tristesse et de nostalgie pour une attitude que j'ai connu : l'attente. L'attente de tout et n'importe quoi pour rompre l'insupportable solitude ou l'attente de quelqu'un en particulier même si c'est impossible. L'esprit sait que cela ne sert à rien d'attendre mais le coeur attend quand même.